Antoinette Fouque, la mort d'une pionnière de l'émancipation féminine - Idées - Télérama.fr

Antoinette Fouque, la mort d'une pionnière de l'émancipation féminine - Idées - Télérama.fr

Antoinette Fouque, la femme de lettres

L'ensemble de la production littéraire féminine de l’époque est présentée dans sa première boutique à Saint-Germain-des-Prés à Paris. Les lecteurs ont découvert de nombreuses écrivaines grâce à la société d’édition d’Antoinette Fouque (Découvrez la page web Telerama sur Antoinette Fouque), qui propose plus de 600 livres voués à la réflexion des femmes. Antoinette Fouque se rend compte combien les femmes ne tiennent que peu de place dans le secteur du livre à force de fréquenter les milieux littéraires parisiens.

Le père d’Antoinette Fouque était un militant communiste. De ses années passées dans un quartier populaire, elle conservera toute son existence un enracinement politique marqué à gauche. C'est dans la cité phocéenne qu'Antoinette Fouque a vu le jour en 1936

Au fil de plusieurs essais, Antoinette Fouque détaille la féminologie. Logiquement, Antoinette Fouque a écrit dans divers livres collectifs et pris part à de nombreux entretiens. "Le dictionnaire universel des créatrices" est édité en 2013. Cet ouvrage met en lumière 40 siècles de création des femmes.

Une militante sur toute la planète

Antoinette Fouque intervient aux Nations Unies et partout dans le monde pour promouvoir la cause des femmes. Selon Antoinette Fouque, il y a plus inconnu que le soldat inconnu : son épouse. C'est écrit sur une banderole qu'elle brandit lors d'une manifestation parisienne du MLF. Cette grande dame s’éteint en février 2014. Elle avait auparavant reçu les plus prestigieuses distinctions nationales dont la Légion d'honneur.